Nous étions mercredi. Christine et Sophie, les deux petites amies blondes devaient avoir le lendemain, avec toutes leurs camarades de 6ème, un contrôle de maths, qu'elles redoutaient, car elles n'étaient très bonnes ni l'une ni l'autre dans cette matière qu'elles n'aimaient pas, préférant de loin le français, la musique, et le dessin. Il vint alors une idée à Christine : se faire toutes les deux un énorme goûter chez elle, comme elles le faisaient souvent. Elle se dit que si au dîner elles arrivaient à se forcer, sachant que quand les deux fillettes goûtaient ensemble cela se terminait rarement avant 6h du soir, et que naturellement quand l'heure de dîner arrivait elles n'avaient plus faim du tout , elles auraient toute les chances d'avoir une indigestion dans la nuit, et que leurs mamans les garderaient à la maison au lit le lendemain comme chaque fois que cela arrivait, c'est-à-dire au moins deux ou trois fois par an pour Christine et une fois pour Sophie.

Sophie eut un peu peur à cette idée, car la dernière fois qu'elle avait eu une indigestion, elle avait vomi dans son lit et elle s'était fait gronder par sa maman, Diane, qui avait dû s'occuper de nettoyer le vomi et changer draps et oreillers.

Christine lui conseilla alors de mettre comme elle une cuvette à côté de son lit avant de se coucher : "comme cela, quand tu auras envie de vomir, tu n'auras pas besoin de te lever".

"Oui, mais maman s'étonnera que j'ai mis la cuvette en me couchant, comme si j'avais prévu que j'allais être malade", répondit Sophie.

"C'est vrai, Sophie" réfléchit Christine. "Tu as raison. Il faut qu'on attende de se sentir mal dans la nuit et on dira qu'on a été chercher nos cuvettes à ce moment-là. Mais prends un mouchoir sous ton oreiller au cas où tu serais prise de haut-le coeur en dormant. Je l'ai fait la dernière fois et ça m'a permis d'arriver aux cabinets en retenant mon vomissement."